S'adapter face au COVID-19 : retour d'expérience de notre Direction du Développement et de la construction Île-de-France

1001 Vies Habitat - Témoignage collaborateur

Comment avez-vous vécu l’arrêt total des chantiers ?

Le 17 mars au matin, il y a eu un effet de sidération partagé par tous les acteurs du bâtiment, c’était assez impressionnant ! À ce moment-là, l’appui de nos juristes a été déterminant car nous devions laisser aux entreprises la décision de l'arrêt et la responsabilité de la sécurisation des chantiers, en raison des conséquences financières qui allaient forcément en découler.
L’autre préoccupation était que l’on puisse continuer à assurer les paiements. Heureusement, très vite, cela a été techniquement possible.
Ensuite, même avec nos chantiers à l’arrêt, l’activité s’est poursuivie : nous avons pu continuer des études en cours, échanger et avancer avec nos partenaires financiers, participer au groupe de réflexion sur le développement de notre 
nouvel outil de gestion de notre patrimoine
, négocier des prix avec des entreprises dans le cadre d’appels d’offres… Le tout en visio bien sûr.

Cette situation a-t-elle fait évoluer vos méthodes de travail ?

Nous avons adopté de nouveaux outils et process, mis en place des répertoires partagés à l'échelle du Groupe: c’est enfin l’ère du « zéro papier » ! C’est pourquoi, malgré la situation parfois anxiogène, je veux retenir le côté challengeant de cette expérience et pérenniser certaines pratiques. Nous avons aussi mis en place un groupe de travail associant les maîtres d'ouvrage à l'échelle de tout le groupe, en construction neuve et réhabilitation, ainsi que notre Direction des Affaires Juridiques et notre pôle Métiers. Dans un contexte très instable et à forts enjeux, nous nous nourrissons vraiment de ces échanges et de cette veille juridique, toutes filiales confondues, que nous croisons également avec des avis d'experts indépendants.

Comment tenir son rôle de manager à distance ?

Avec mon équipe, j’ai choisi de maintenir le lien de façon bilatérale, plutôt qu’en groupe, car chaque personne est un cas particulier et si certains sont très à l’aise avec le travail à distance, d’autres moins. C'était déstabilisant de ne plus pouvoir aller sur le terrain et la visio a ses limites ! Il a fallu également s'adapter au sous-effectif des premières semaines et j'ai eu le plaisir d'accueillir une nouvelle collaboratrice en cours de confinement.
Dans un registre plus personnel, mais qui participe à l’esprit d'équipe, un groupe « Direction du développement patrimonial » s’est tout de suite créé sur les réseaux sociaux, ce qui a aussi permis de tisser des liens avec d’autres directions avec lesquelles on ne communiquait pas naturellement avant.

Où en est la reprise des chantiers ?

Presque tous les chantiers ont pu redémarrer, avec bien sûr plusieurs étapes à respecter pour clarifier les conditions de reprise dans le respect des consignes sanitaires, issues du guide de préconisations de l'OPPBTP, avec l'appui affirmé du coordonnateur SPS (Sécurité Protection de la Santé). De plus, nous nous déplaçons à nouveau sur ces chantiers de façon ponctuelle. Nous avons un devoir d’exemplarité vis-à-vis des entreprises : le maître d'ouvrage, qui est le donneur d'ordre, doit être présent tout autant que l'architecte. Enfin, nous devons encore stabiliser les impacts financiers et calendaires en accord avec les acteurs concernés, durant cette nouvelle période d'observation post-confinement : dans le neuf, les livraisons devraient être repoussées de 3 à 4 mois a priori.

 

Découvrez d'autres témoignages de nos collaborateurs :