Logis Méditerranée : un "bailleur-aménageur" force de propositions dans le cadre des projets de renouvellement urbain de la Métropole Aix-Marseille-Provence

Logis Méditerranée bailleur aménageur

Quelle est l’actualité de Logis Méditerranée en matière de grands projets urbains ?

Cela fait plusieurs années déjà que nous sommes impliqués dans des projets de grande ampleur, dans le périmètre Euroméditerranée à Marseille et dans des quartiers ANRU de Vitrolles notamment. La nouveauté ces derniers mois, c’est que Logis Méditerranée se positionne de plus en plus comme un aménageur. Ainsi, nous avons commencé par identifier des sites sur lesquels nous avions du patrimoine à réhabiliter et où nous pourrions créer de la valeur : des projets qui ont vocation à mixer démolition, reconstruction, surélévation de bâtiment, réhabilitation, travail sur les voiries et les aménagements extérieurs… Il s’agit aussi pour nous, en tant que « bailleur-aménageur », de repenser le quartier dans sa globalité en diversifiant l'offre de logements et de services, tout en portant une forte ambition sur le volet environnemental. Et comme ces sites à fort potentiel s’intègrent généralement dans des projets urbains portés par les collectivités et l’État, cela permet non seulement d’aller chercher les financements classiques du logement social, mais aussi d’imaginer des montages financiers un peu différents, en co-promotion avec des promoteurs privés par exemple.

Quel exemple pouvez-vous citer ?

Le projet urbain de l’îlot Roussel Pottier qui fait partie du PPA (projet partenarial d'aménagement) de Marseille est emblématique de cette démarche. Nous y avons déjà livré la résidence Adamas en mai 2021 et d’autres chantiers sont prévus ou en cours. L’idée est de désenclaver en combinant du logement locatif social, du locatif libre, de l'accession sociale, des commerces, des équipements, des tiers lieux… Le tout premier Comité Grands projets du groupe 1001 Vies Habitat qui s’est tenu fin 2021 portait justement sur cette opération, car c’est l’une des plus abouties.

Ce n’est donc pas une démarche exclusive à Logis Méditerranée ?

En effet, elle est pensée au niveau de la Direction du Développement groupe qui, à cet effet, a créé en 2018 le Service Valorisation Immobilière (SVI), dont le but est d’optimiser le foncier existant de l’ensemble du groupe. Nous nous appuyons sur Emergence, un outil de simulation financière et d’aide à la décision développé pour le SVI par un cabinet comptable : il intègre tous les paramètres (prêts, investissements, charges, loyers…) afin de mesurer la rentabilité prévisionnelle d’une opération sur plusieurs décennies. C'est une approche toute nouvelle : très peu de bailleurs font cela aujourd'hui !

Qu’est-ce que cela change en interne ?

Il y a une forte dimension transversale dans tous ces grands projets actuels qui, sur notre territoire, impliquent non seulement Logis Méditerranée en tant que chef d’orchestre et notre service promotion PACA, mais aussi le pôle métiers, le service juridique, les Achats, le pôle financier et bien sûr le service de valorisation immobilière… Par conséquent, il faut impérativement se mettre en « mode projet » : cela prend parfois un peu de temps pour apprendre à travailler autrement, « à livre ouvert », mais quand on voit les premiers résultats, c’est encourageant car cela ouvre de belles perspectives. Ce genre d'opération renforce très fortement notre fierté en interne et notre image auprès des partenaires, elle nous donne l’opportunité d’innover et de nous différencier.